Accueil

Toutes personnes, institutions ou communautés, confrontées à un conflit, peuvent demander une médiation.

Le Collectif interculturel de médiation est composé de médiatrices et de médiateurs de différentes origines, langues et appartenances culturelles.

Le Collectif interculturel de médiation :

  • offre un espace neutre de rencontre
  • favorise le dialogue et la communication
  • promeut un esprit de respect et de coopération
  • accompagne les parties au conflit à trouver des solutions négociées

 

QUEL EST LE CONSTAT ?                   

  • Les conflits peuvent surgir partout : sur le lieu de travail, avec son voisinage, en famille.
  • Les étrangers résidant en Suisse représentent environ 20% de la population, et atteignent presque 40% dans le canton de Genève. Pour une partie d’entre eux, la langue et la culture d’origine sont une source d’incompréhension réciproque qui peut créer ou envenimer les conflits. Les migrants ne comprennent pas les subtilités d’une société qu’ils ne connaissent pas et les genevois n’imaginent pas que leurs hôtes ont des représentations si différentes de la vie sociale.

 

QUELS PROBLEMES CELA POSENT-ILS ?

  • Surcharge des tribunaux, de la police pour des problèmes mineurs.
  • Conflits qui s’enveniment avec pour conséquences des problèmes de santé (psychique et physique).
  • Racisme.
  • Désarroi des professionnels devant les questions spécifiques que posent certains ressortissants de communautés étrangères.
  • Exclusion et désintégrations étrangères.
  • Délitement du lien social.

 

QUELLE EST LA SOLUTION PROPOSEE

  • La médiation comme moyen de prévenir, traiter et réguler les conflits.
  • Grâce à l’intervention de médiateurs et médiatrices  professionnels qui ont acquis une expérience en médiation interculturelle et qui peuvent être des personnes ressources par leur connaissance de leur langue et culture d’origine.

 

QUELS AVANTAGES POUR LES PARTIES PRENANTES ?

  • Une intervention plus ciblée qui prend en compte les aspects culturels et la langue dans le traitement du conflit. La création d’un climat de confiance avec des personnes de même culture et de la société d’accueil (co-médiation). La prise en compte de différences de points de vue et de valeur pour construire ensemble des réponses adaptées et équitables pour toutes les parties en conflit.
  • Une aide pour les institutions et personnes ressources par une approche coopérative favorisant le dialogue. Par exemple, assistants sociaux, juges pour mineurs, policiers, enseignants.